Écrire pour le calme intérieur : un état d'esprit, des méthodes et des exercices quotidiens pour tous | Dani Shapiro | Skillshare
Menu
Recherche

Vitesse de lecture


  • 0.5x
  • 1 x (normale)
  • 1.25x
  • 1.5x
  • 2x

Écrire pour le calme intérieur : un état d'esprit, des méthodes et des exercices quotidiens pour tous

teacher avatar Dani Shapiro, Novelist and Memoirist

Regardez ce cours et des milliers d'autres

Bénéficiez d'un accès illimité à tous les cours
Suivez des cours enseignés par des leaders de l'industrie et des professionnels
Explorez divers sujets comme l'illustration, le graphisme, la photographie et bien d'autres

Regardez ce cours et des milliers d'autres

Bénéficiez d'un accès illimité à tous les cours
Suivez des cours enseignés par des leaders de l'industrie et des professionnels
Explorez divers sujets comme l'illustration, le graphisme, la photographie et bien d'autres

Leçons de ce cours

    • 1.

      Introduction

      1:58

    • 2.

      Interlude : exercice Je me souviens

      6:03

    • 3.

      L'état d'esprit

      6:36

    • 4.

      Interlude : exercice des quatre quadrants

      6:39

    • 5.

      L'art

      8:25

    • 6.

      Interlude : méditation en temps réel

      11:38

    • 7.

      La pratique

      5:50

    • 8.

      Réflexions finales

      7:08

  • --
  • Niveau débutant
  • Niveau intermédiaire
  • Niveau avancé
  • Tous niveaux

Généré par la communauté

Le niveau est déterminé par l'opinion majoritaire des apprenants qui ont évalué ce cours. La recommandation de l'enseignant est affichée jusqu'à ce qu'au moins 5 réponses d'apprenants soient collectées.

6 338

apprenants

34

projets

À propos de ce cours

« Vous ne suivez pas seulement un cours, vous embarquez dans un mode de vie. »

L'auteur à succès et mémorialiste Dani Shapiro (Héritage, Still Writing) vous invite chez elle (et dans sa salle d'écriture) pour découvrir ce que signifie vraiment cultiver la vie d'un écrivain. Que vous cherchiez à être publié ou que vous soyez simplement à la recherche d'un exutoire créatif, l'écriture peut être un rituel de guérison pour chacun d'entre nous. Grâce à son état d'esprit apaisant et à ses méthodes faciles Dani vous apprend à prendre soin de votre don, à honorer votre besoin d'expression personnelle et à créer une relation durable et à vie avec l'écriture. 

Découvrez les trois éléments de la vie d'écrivain avec Dani :

  • L'état d'esprit : libérez la confiance nécessaire pour vous qualifier d'écrivain et surmonter tout blocage de l'écrivain, que vous soyez publié (déjà !) ou non. 
  • L'art : découvrez des outils et des modes de pensée qui vous permettront d'affiner vos compétences d'écrivain et de coucher davantage de mots sur la page.
  • La pratique : créez le rituel autour de l'écriture qui vous convient, et apprenez à donner la priorité à votre écriture comme un espace sacré dans votre vie.

Chaque élément est associé à un exercice d'écriture quotidien que vous êtes invité à adopter dans votre propre pratique. Dani vous guide même à travers une brève méditation en temps réel pour vous aider à centrer votre esprit et à démarrer votre journée d'écriture.

Que vous vous asseyiez avec un stylo et du papier pour la toute première fois, ou que vous écriviez régulièrement depuis des années, ce cours paisible servira de répit à votre créativité. C'est un endroit où vous pouvez vous réinitialiser et vous recharger, trouver l'inspiration et définir vos intentions, avant de vous tourner vers une nouvelle feuille de papier et de commencer.

Bienvenue dans la vie d'écrivain.

_________________________

Ce cours s'adresse aux apprenants de tous niveaux. Aucune expérience de l'écriture (ou de la méditation) n'est requise. Un stylo et du papier suffisent.

Rencontrez votre enseignant·e

Teacher Profile Image

Dani Shapiro

Novelist and Memoirist

Enseignant·e

Click here to join Dani's class!

Step into the writer's life with memoirist and novelist Dani Shapiro. You'll join Dani at her peaceful, countryside home for a meditative, thoughtful class about what it means to use creative writing as a peaceful respite from every day life. 

Through exercises, personal anecdotes, and even a real-time meditation session, Dani shares:

A quick writing exercise to start your day Journal prompts to hone your observation muscle Reflections on the mindset, craft, and practice of writing

After taking this class, you'll feel confident calling yourself a writer, with the tools in place to find the time to write, become a natural observer, and tell the story you've always wanted to tell.

Voir le profil complet

Level: All Levels

Notes attribuées au cours

Les attentes sont-elles satisfaites ?
    Dépassées !
  • 0%
  • Oui
  • 0%
  • En partie
  • 0%
  • Pas vraiment
  • 0%

Pourquoi s'inscrire à Skillshare ?

Suivez des cours Skillshare Original primés

Chaque cours comprend de courtes leçons et des travaux pratiques

Votre abonnement soutient les enseignants Skillshare

Apprenez, où que vous soyez

Suivez des cours où que vous soyez avec l'application Skillshare. Suivez-les en streaming ou téléchargez-les pour les regarder dans l'avion, dans le métro ou tout autre endroit où vous aimez apprendre.

Transcription

1. Introduction: Quand je pense à une vie d'écriture, ce qu'elle a vraiment à voir, c'est de se déplacer à travers le monde avec l'esprit d'un écrivain, avec le cœur d'un écrivain, pour être un outsider/témoin de ce qui se passe autour de vous. Je suis Dani Shapiro, je suis un mémoiriste et romancier. La classe d'aujourd'hui consiste à entrer pleinement dans votre vie d'écrivain. Mon dernier mémoire, Héritage, était un best-seller instantané du New York Times. Mes autres mémoires sont Hourglass, Devotion et Slow Motion. La classe d'aujourd'hui est divisée en trois parties : il y a l'état d'esprit, le métier et les pratiques de l'écrivain. Alors, quel est l'état d'esprit qui vous permet d' entrer vraiment dans l'espace où vous avez la possibilité de faire votre travail ? Le métier de l'écriture, je pense vraiment comme une boîte à outils. Nous devons comprendre comment faire bouger le temps, comment créer des personnages. Ensuite, la pratique est vraiment sur le jour dans la vie quotidienne d'essayer de créer un morceau de travail. Je vais partager avec vous certaines de mes instructions d'écriture préférées qui, je l'espère, deviendront des habitudes longtemps après que vous ayez suivi ce cours. Je vais aussi vous guider dans une très brève méditation, qui prépare ma journée d'écriture. Puis-je être fort. Il y a toujours le sens de, je ne sais pas, j'ai quelque chose ? Ai-je quelque chose à offrir ? Chaque jour, il faut le découvrir à nouveau. D' une certaine façon, certains des exercices que nous faisons sont comme des missions d'enquête. Qu'est-ce qu'il y a là-dedans ? Qu' est-ce qu'il y a là-dedans qui veut sortir ? Ce n'est pas seulement un cours que vous prenez, c'est un mode de vie que vous vous lancez. 2. Interlude : exercice Je me souviens: Alors maintenant, on est dans la pièce où j'écris à l'étage dans ma maison. Je veux commencer à faire notre premier exercice d'écriture avec vous tous. C' est l'exercice appelé, je me souviens. Il est basé sur ce merveilleux petit mémoire qui a été publié en 1970 par un écrivain nommé Joe Brainard, du même titre, I Remember. Je vais juste vous lire quelques premiers passages de Joe Brainard de son livre pour vous donner une petite idée de ce qui se passe ici. Je me souviens de la première fois que j'ai reçu une lettre qui disait « Après cinq jours de retour à » sur l'enveloppe, et j'ai pensé qu'après avoir gardé la lettre pendant cinq jours, je devais la retourner à l'expéditeur. Je me souviens du coup que j'avais l'habitude d'obtenir de mes parents tiroirs à la recherche de caoutchoucs, (paon). Je me souviens quand la polio était la pire chose au monde. Je me souviens des chemises roses et des cravates bola. Je me souviens quand un gamin m'a dit que ces trèfle aigre comme des feuilles qu'on mangeait avec petites fleurs jaunes avaient un goût si aigre parce que les chiens pissaient dessus. Je me souviens que ça ne m'empêchait pas de les manger. Je me souviens du premier dessin que je me souviens avoir fait, c'était d'une mariée avec un train très long. Donc, tout le livre de Joe Brainard continue comme ça. Une phrase qui commence par la phrase « Je me souviens », puis un peu d'espace descendant à la phrase suivante commençant par, je me souviens. Comme vous pouviez entendre même dans un petit peu que je vous ai lu , c'est entièrement associatif. Il ne connecte pas la mémoire à la mémoire, du moins pas consciemment. C' est tout ce qui arrive ensuite. Une des choses que j'aime en tant que professeur, c'est de regarder une pièce pleine de gens faire cet exercice parce que personne ne cesse de bouger. Il y a quelque chose de si puissant dans cette phrase, « je me souviens ». Une fois que vous commencez, la mémoire est juste continuer à se répandre. Je vais donc vous le démontrer maintenant et faire le mien, je me souviens. Donc, par exemple, et c'était juste ce que peut-être, juste quelques minutes, je commence par un souvenir de mon chien d'enfance, Puffy, désolé, et la façon dont il avait l'habitude d'attendre que mon père rentre du travail et s'assoit près de la porte de cuisine. Mais à partir de là, immédiatement je suis allé à, je me souviens d'une roue de médicaments sur ordonnance, qui est une façon dont mon esprit a associé mon père en rentrant du travail avec le fait que mon père a pris beaucoup de pilules, quelque chose sur lequel j'ai beaucoup écrit. Alors je me souviens de la façon dont les yeux de ma mère fléchissaient d'avant en arrière. Je me souviens du papier peint de ma chambre. Donc, pour quelque raison que ce soit, mon esprit est resté dans l'enfance. Mais vous pouvez entendre la façon dont chaque fois qu'il y a une mémoire, l'esprit se déplace vers un endroit nouveau mais très spécifique, souvent très visuel. Vous pouvez trouver des petites pépites d'intérêts de quelque chose quand vous pensez à vous-même, en fait, j'aimerais explorer cela plus dans mon écriture. Cela arrive souvent. Mais ce qui se passe aussi, c'est qu'il s'agit d'un moyen d'amorcer la pompe ou de tourner votre moteur pour faire avancer votre esprit, votre cœur et votre imagination. Nous ne connaissons pas vraiment le contenu de nos propres esprits jusqu'à ce que, du moins je pense que c'est très vrai pour les écrivains, pour tous ceux qui ont envie d'écrire. Nous découvrons ce que nous savons à travers ce que nous écrivons sur la page. Ce n'étaient pas des souvenirs que j'étais conscient d' avoir à ce moment-là jusqu'à ce que j'écrive ces mots : « Je me souviens ». Donc, l'une des choses que je voudrais vraiment vous encourager à faire quand vous commencez à faire ces exercices, je me souviens, est de vous procurer un cahier dédié. Ayez un cahier « Je me souviens », sorte que chaque fois que vous ramassez ce cahier, vous êtes prêt à entrer dans la mémoire, entrer dans ce monde de Je me souviens. C' est aussi une bonne façon de se rappeler par vous-même que c'est un exercice que vous aimez faire. Nous avons besoin de ces rappels visuels. Si vous avez un ordinateur portable à côté de votre ordinateur ou sur votre bureau ou n'importe où vous écrivez, vous serez plus enclins à le ramasser et à faire cet exercice. Il est très important de le faire en fait l'écriture manuscrite pas sur votre ordinateur, parce que la main se déplace à la vitesse que l'esprit se déplace, il ralentit tout et crée, je pense, plus d'espace pour qu'il puisse être sens de ce qu'il y a dedans. On ne sait jamais ce qu'il y a dans la mémoire. Chaque fois que vous faites cet exercice, il sortira différemment. Alors maintenant, on va parler de l'état d'esprit. 3. L'état d'esprit: Maintenant, nous allons nous installer et parler de cette idée de l'état d'esprit. Mindset est vraiment un certain nombre de façons différentes de contourner votre propre résistance, calmant les voix dans votre esprit qui vous disent que vous ne pouvez pas le faire pour une raison ou une autre afin que vous puissiez vous rendre au travail. À un certain moment il y a quelques années, j'avais un dossier sur le bureau de mon ordinateur et un jour j'ai ouvert le dossier et il y avait chaque petit morceau de travail que j'avais publié dans le précédent, comme cinq ou six ans et chacun de ces a fini par être une œuvre très bien publiée. Je me suis soudainement rendu compte que l'une des choses que ces pièces avaient en commun est que chacun d'entre eux j'ai commencé avec cette pensée dans ma tête. « Ici ne va rien ». « Ici ne va rien ». Cette fois, ça ne va pas marcher, donc ici ne va rien, mais je vais le faire de toute façon qui vient vraiment beaucoup de nombreuses années d'avoir cette pensée « Ici ne va rien » et de le faire de toute façon. Comme s'il y avait un muscle que tu construisais avec ça. Je veux dire, j'ai des amis qui ont gagné les plus grandes récompenses qu'il y a à gagner dans le monde. Les prix littéraires, qui se réveillent encore le matin et quand ils se brossent les dents, ils ne se disent pas  : « Voyez moi, j'ai gagné le prix Pulitzer ou j'ai gagné le National Book Award ». Ce n'est pas comme ça que ça marche. Il y a toujours ce sentiment de  : « Oui, j'ai fait ça, mais il n'y a rien. » la minute où un écrivain essaie de commencer quelque chose, ce soit la première lueur d'une idée ou qu'il pense comme oui, donc avoir quelque chose qui commence à geler ou conceptualisé comme, je veux écrire à ce sujet, à la minute que arrive, le censeur intérieur apparaît et le capteur interne dit, « vous ne pouvez pas faire ça, c'est stupide, ça a été fait avant ». Une version de ce que dit le censeur intérieur ce jour-là, la résistance s'installe. J' ai tellement d'autres choses à faire. J' ai cette liste de toutes ces autres choses qui doivent se produire avant de pouvoir m'asseoir pour écrire. Ce que j'ai à dire n'est pas assez important. Ce qui pensera ainsi, ainsi et ainsi de sentiments pourrait être blessé. C' est tout avant de mettre un mot sur la page. esprit est de dire : « Oui, et je vais aller travailler de toute façon. » Je pense que vous devez vous considérer comme un vrai écrivain pour pouvoir vous asseoir et faire le travail. Si vous vous considérez comme un écrivain, alors vous prendrez du temps pour cela. Alors ce sera quelque chose qui n'est pas seulement un passe-temps que vous allez classer dans un coin que peut-être vous obtiendrez un jour alors que si vous priorisez, je suis un écrivain et c'est important pour moi et je vais créer de l'espace et le temps pour mon travail parce que c'est quelque chose qui compte pour moi, ce n'est pas juste un rêve de pipe que j'ai avec c'est quelque chose que je vais vraiment m'investir dans. Je pense que vous appeler écrivain devient un investissement en vous-même. Quand mon livre « Still Writing » est sorti, je parlais surtout à des auditoires d'écrivains en herbe et j'ai commencé à faire cette chose très tôt où je demandais au public combien d'entre vous sont écrivains et quelques mains Je savais que je parlais à une salle pleine d'écrivains et que seulement dix pour cent des mains se levaient alors j'ai modifié la question et j'ai dit, combien d'entre vous écrivez ? Toutes les mains se levèrent. J'avais l'habitude de penser avant d' que quand et si je devenais écrivain publié, ce sentiment de permission serait être un écrivain publié, que quand et si je devenais écrivain publié, ce sentiment de permission serait finalement fait pour une fois pour toutes parce que j'aurais la validation. J' avais envie de ce jour où quelqu'un dirait pour la première fois : « Qu'est-ce que tu fais ? » Et je répondrais, je suis écrivain et puis cette personne dirait : « Ai-je lu quelque chose de toi ? » Et pour la première fois je pourrais dire, eh bien, oui, en fait, je viens de faire publier mon premier roman. Ce jour-là, j'étais dans un taxi en train d'avoir une conversation avec le chauffeur de taxi et il m'a demandé ce que je faisais et je lui ai dit que j'étais écrivain et il a dit : « Ai-je lu tout ce que tu as écrit », en fait mon premier livre vient de sortir cette semaine. Il a dit : « Est-ce un best-seller ? Est-ce qu'ils en font un film ? » C' était une super leçon pour moi. Si vous attendez que le monde vous donne la permission, le monde ne vous donnera jamais la permission. Il y aura toujours quelqu'un qui a plus de billes que toi. Il y aura toujours quelqu'un à qui tu te compareras et que tu te trouveras à vouloir. Il y a une imprudence qui va dans cette plongée profonde dans un premier projet quand vous avez calmé votre censeur intérieur, vous vous donnez la permission où vous êtes là, vous avez médité, vous êtes assis à votre bureau. Quand un écrivain est arrivé à cet endroit, il y a une très merveilleuse imprudence parce que cet écrivain pour le moment devenu prêt à ressentir la peur et à le faire de toute façon, face à la peur et à y aller. Dans mon sablier de mémoire, il y a une phrase dans ce livre. C' était la toute dernière phrase que j'ai ajoutée au manuscrit et c'était une phrase que j'ai pensé et je pensais que je ne pouvais pas écrire ça. Puis je l'ai écrit. J'ai pensé que je devais supprimer cela et je l'ai supprimé, puis je l'ai écrit à nouveau, puis je l'ai supprimé à nouveau et je l'ai écrit à nouveau. J' ai fait ça une dizaine de fois, puis je l'ai finalement laissé dedans et quand j'ai retourné le manuscrit dans mon éditeur et qu'elle l'a lu, elle m'a appelé, elle a dit que ma ligne préférée dans tout le livre était ça. Elle ne savait pas que j'avais du mal avec cette ligne. Pourquoi était-ce sa ligne préférée ? Parce que c'était vraiment vivant. Pourquoi était-ce vivant ? Parce que ça m'a terrifié, alors maintenant quoi ? Vous avez cette information, vous savez que vous avez une censure intérieure, vous êtes conscient de votre résistance, mais ce que votre prochaine étape est l'action. Il se met au travail. C' est ce saut de vol. Ce n'est pas de s'asseoir et de penser à toutes ces choses d'une manière abstraite. Il commence en fait à mettre des mots sur la page et voir ce qui se passe. 4. Interlude : exercice des quatre quadrants: Nous sommes de retour à mon bureau et je vais vous faire écrire tout de suite avec un exercice dont je ne veux rien vous dire jusqu'à ce qu'on l'ait fait. Donc je vais juste le montrer pour vous et ensuite on pourra en parler. Donc j'appelle cet exercice l'exercice des quatre quadrants. Vous prenez une feuille de papier dans un cahier, espérons-le, un cahier dédié à nouveau, et vous le divisez, divisez en quatre quadrants. Dans le quadrant supérieur gauche, vous écrivez le mot « Dad ». En haut à droite, vous écrivez le mot Saw. bas à gauche, vous écrivez le mot Heard, et en bas à droite, Doodle. Ensuite, vous écrivez les nombres un à sept verticalement sous fait et vu, et juste un sous entendu, et puis vous laissez doodle vide. Donc je vais me mettre au défi d'écrire sept choses que j'ai faites, sept choses que j'ai vues, et une chose que j'ai entendue depuis ce matin, et puis je vais créer un gribouillis à partir d'une de ces choses. Encore une fois, je vais vous expliquer. fait. Appuyez sur le bouton Snooze. Fait cappuccino. Médité. J'ai marché le chien. Choisi un pull à porter pour cette vidéo. Tu dois vraiment penser, « Qu'est-ce que j'ai fait ? » J'ai salué l'équipage. J' ai écrit une note à la femme en Australie. D' accord. Scie. Un cerf qui broutait dans la cour. Mon fils dort. Un tas de livres que je dois trier. Blanchisserie. Mes cristaux. Photos de la visite d'hier avec Trevor et Lindsey. Le SUV monte l'allée. Entendu. Aboyer. Doodle. Ça va être un dessin vraiment terrible de Samson, le labradoodle. D' accord. Là, vous l'avez. Donc, permettez-moi de dire quelques choses sur la raison pour laquelle cela est intéressant, arts et l'artisanat, l'exercice, mais en fait, une pratique vraiment importante que vous pouvez faire chaque jour qui aidera à réchauffer votre instrument en tant qu'écrivain. Je viens de remarquer ce que j'ai remarqué ce matin. Lorsque vous faites ces choses et que vous les faites tous les jours, vous voulez envisager de les sortir avec eux parce qu'ils deviennent en quelque sorte un enregistrement de ce que vous avez fait. Si je regardais cette page dans six mois, je serais en mesure de rappeler toute cette journée avec beaucoup de détails à cause de ces petits moments que je me suis souvenu, remarqué et mis en place. Le but du doodle est de jouer. Personne ne s'attend à faire un gribouillis de classe mondiale. Donc, en fait, ce que cela fait, c'est nous rappeler que d'une sorte de façon presque enfantine, nous pouvons juste nous amuser. J' ai ri quand j'ai fait ce dessin parce que je ne peux pas dessiner pour sauver ma vie, mais je voulais dessiner cette petite image de Samson le labradoodle. Donc, vous remarquez aussi ce à quoi vous ne faites pas attention. J' ai fait bien plus que ces sept choses depuis que je me suis réveillé ce matin, mais je suis restée coincée là pendant une minute. Attends une minute, qu'est-ce que j'ai fait ? Ai-je fait autre chose ? Qu' est-ce que j'ai vu ? Entendre a été particulièrement facile pour moi aujourd'hui. Donc il change constamment, mais ce qu'il fait c'est de cultiver votre témoignage intérieur et c'est quelque chose que vous voulez faire en tant qu'écrivain constamment être témoin, constamment remarquer, être vivant jusqu'au moment présent. Cet exercice, les quatre quadrants, vous pousse vraiment dans le moment présent. J' espère que vous obtiendrez un tapis de dessin dédié ou un cahier qui devient votre journal d'exercice quatre quadrants. J' ai tellement d'étudiants qui ont adopté cette pratique et la trouvent incroyablement efficace et utile. Il y a une autre chose que je veux dire à propos de cet exercice, c'est qu'au fil du temps, vous pouvez remplacer d'autres légendes fait, vu, entendu, avec d'autres sens et vous pouvez rendre les choses difficiles sur vous-même. Quelles sont les sept choses que j'ai goûtées aujourd'hui ? Quelles sont les sept choses que j'ai touchées aujourd'hui ? Quelles sont les sept choses que j'ai senti ? Quels sont les sept senteurs que j'ai senti aujourd'hui ? Donc, ce qu'il fait vraiment est de créer un sens très dynamique de la vie que vous apportez ensuite à la page. Donc, à partir d'ici, c'est un très bon endroit pour vraiment nous lancer dans notre conversation sur l'artisanat. 5. L'art: Alors pourquoi est-ce si central pour l'artisanat ? Vous pourriez penser que ce qui est essentiel pour l'artisanat est, comment utilisez-vous bien un adjectif ? Ou comment rendre vos verbes actifs ? Bien que tout cela soit pertinent et que tout cela soit important de savoir comment utiliser, en fin de compte, rien de tout cela en soi n'est utile ou efficace s'il n'a pas de conteneur à mettre dans. Ce que ce conteneur est, c'est le monde de l'écrivain. Lorsque vous devenez plus vivant dans le monde qui vous entoure, ce qui commence à se produire, c'est que vous voyez des histoires partout. Quand vous remarquez ce que vous remarquez, vous commencez à découvrir, ce qui résonne avec vous ? Pourquoi cette image reste avec vous ? Pourquoi ce moment où vous avez été témoin a-t-il de l'importance et pourquoi cela continue à vous hanter ? C' est ainsi que nous commençons à vraiment découvrir notre sujet. Des idées viennent à nous. Ils scintillent, ils ont de l'intensité quand on est éveillés. L' exercice des quatre quadrants est extrêmement utile pour nous réveiller à ce que nous voyons. Donc, l'une des plus grandes méprises que je rencontre encore et encore parmi les écrivains qui s'apprêtent à écrire quelque chose et à le faire publier est que ce doit être une histoire énorme, ça doit être une histoire choquante, ça doit être doit être une histoire extraordinaire pour capter l'intérêt de tout le monde. Je crois vraiment qu'il est vrai que certaines des œuvres les plus grandes, les plus intéressantes et les plus convaincantes de notre temps concernent des moments ordinaires. Les gens ordinaires poussent parfois dans des circonstances extraordinaires, mais parfois simplement des gens ordinaires aux prises avec la vie ordinaire. C' est dans le rendu de cette vie, c'est dans la façon dont elle est décrite, c' est dans la façon dont le lecteur est capable d'entrer dans la vie intérieure d' un personnage et d'incarner ce personnage d'une manière ou d'une autre, c'est là que se trouve l'art. Cette idée que ça doit être énorme chose explosive n'est tout simplement pas le cas. Revenons à l'idée de remarquer ce que vous remarquez, eh bien, rien d'étonnant ne se passe aujourd'hui parce que vous savez quoi ? Rien d'étonnant arrive la plupart des jours. Mais en même temps, il y a partout des miracles que si nos yeux ne sont pas ouverts, nous ne pouvons pas témoigner. Les vies ordinaires contiennent en elles le chagrin, le chagrin et la perte, l'amour et la peur. Pour pouvoir écrire sur ces états, il faut du courage. Le courage n'est pas seulement une question de grands moments confessionnels. Je pense que cela est mal compris dans notre culture aussi. L' idée d'aller confesser ici, et ça me rend courageuse. Je pense qu'il est tout aussi courageux, sinon plus courageux, entrer à l'intérieur de petits moments intimes et complexes avec l'intention d'essayer de les révéler, d'en retirer les couches. Quand j'écris, j'essaie d'abord pas toujours avec succès, mais de ne pas être trop préoccupé par mes phrases et leur perfection. Ce que j'essaie d'abord de faire, c'est de voir ce que j'ai. La seule façon de voir ce que j'ai, c'est de le faire tomber. Je dis parfois à mes élèves « Il y a deux sortes d'écriture et vous avez besoin des deux. » Le premier type est de le faire descendre, et le second est de le faire correctement. Mais si tu es si soucieuse de bien faire ça, tu n'arriveras jamais à le faire tomber. C' est pour retourner au capteur interne. C' est ce qui peut vous arrêter, mais ce ne sera pas parfait. Ça ne sera jamais parfait. Ça ne sera jamais parfait. Nous pouvons nous efforcer d'atteindre la perfection, mais il n'y a pas de roman parfait. Il n'y a pas d'essai parfait, mémoire parfait, de scénario parfait, de quoi que ce soit parfait. Je pense souvent à mes amis qui sont des artistes visuels qui travaillent en marbre, en bois ou en acier. Je les envie parfois parce qu'ils ont des trucs avec lesquels travailler, que le marbre a déjà du caractère, le bois a déjà du caractère, la page blanche est juste une page blanche. Mais quand vous vous permettez ce premier projet désordonné, quand vous vous permettez de le descendre sans vous soucier de le faire correctement, alors soudain vous avez votre marbre, puis vous avez votre bois, puis vous avez vos peintures alors vous commencez à avoir quelque chose à travailler. Donc, quand vous commencez, ne vous inquiétez pas trop de vos phrases. Tu vas probablement jeter la moitié d'entre eux de toute façon. Vous pouvez commencer à penser à cela quand vous arrivez à l'endroit où essayer de bien faire, ce qui a ensuite à voir vraiment vos phrases, sont-elles propres ? Sont-ils forts ? Sont-ils fidèles à la voix que j'essaie de créer sur la page ? Il est important de se rappeler aussi que personne ne le lira sauf pour vous jusqu'à ce que vous soyez prêt à le faire lire. Il ne va pas sauter par magie votre étagère et sur les étagères de votre librairie locale. Vous pouvez prendre autant de temps que vous le souhaitez avec un morceau de travail, polir, le perfectionner, le faire correctement. Mais d'abord, permettez-vous, donnez-vous la permission de le faire descendre. La chose à propos de l'artisanat est qu'il n'y a de liste unique d'instructions que tout le monde peut vous donner. Parfois, écrire à la première personne, qui est la voix je, crée une énorme quantité d'intimité et d'immédiateté. Parfois, écrire à la première personne se sent solipsiste et claustrophobe. C' est là que ce n'est en aucune façon quelque chose où vous pouvez peindre par chiffres ou décider, « Je vais écrire ce mémoire au présent parce que je veux qu'il soit vraiment immédiat. Je vais avoir de l'espace blanc parce que je veux qu'il y ait de la place pour le lecteur. » Vous ne pouvez pas prendre de telles décisions alors que vous vous lancez dans un travail. Ces décisions viennent d'être à l'intérieur d'un morceau de travail. Le travail lui-même vous fera savoir ce dont il a besoin. C' est pourquoi j'aime parler de l'artisanat d'une manière vraiment holistique et organique parce qu'en fin de compte, il vient de l'intérieur de faire le travail. Encore une fois, avoir toutes ces informations, connaître les termes techniques, avoir tout cela à votre disposition, mais ne pas être esclave parce que cela peut créer la conscience de soi qui fait que le travail se passe vraiment plat. Alors que nous entrons dans la partie pratique de ce cours, je veux vous parler un peu de rituel. Lorsque vous pratiquez, et c'est la pratique, lorsque vous pratiquez votre métier, nous avons tous besoin de rituels comme portes d'entrée pour faire notre meilleur travail. Chaque écrivain que je connais a un rituel, sinon plus d'un. Pour moi, le rituel le plus important de tous dans ma pratique d'écriture est la pratique de la méditation. Alors maintenant que nous entrons dans la partie pratique de la classe ensemble, nous allons partager une brève méditation. Maintenant, on va monter dans mon espace de méditation. 6. Interlude : méditation en temps réel: Maintenant, nous sommes dans mon espace de méditation. Bienvenue. Je vais vous emmener à travers essentiellement ce qui est mon rituel du matin, puis vous conduire dans une version abrégée d' une méditation de la méditation amoureuse Metta dont nous avons parlé. Alors ce que je fais tous les matins, c'est un petit conteneur d'étain bosselé qui a voyagé avec moi partout dans le monde. Il contient un certain nombre de cristaux qui sont tous des cadeaux d'amis et d'enseignants. Certaines personnes attribuent des pouvoirs curatifs aux cristaux. Je ne pense pas vraiment à ça, je trouve juste que faire cette forme dans cet ordre tous les jours me donne quelques minutes pour m'installer et me préparer à méditer, créer l'espace pour commencer ma méditation. C' est donc ma forme de cristaux. Puis mon amie, Gabrielle Bernstein, qui est l'une de nos enseignantes spirituelles modernes, a ce jeu de cartes inspirantes qu'elle m'a donné il y a plusieurs années que je viens commencer à utiliser parce que chacun d'entre eux met en place ma journée pour penser dans une direction utile, utile et positive. Chacune de ces cartes a un beau message. Donc l'énergie circule là où va votre intention. La présence de l'amour rejettera toujours la peur. C' est l'un de mes favoris, je suis le rêveur de mon rêve. Je pense que nous sommes tous les rêveurs de notre rêve. Alors je les mets et je les change tous les jours, je viens de choisir trois et puis c'est un cas entier d'huiles essentielles, mais ce sont deux huiles essentielles qui ont été spécifiquement mélangées pour moi par mon amie, Elena Brower qui est l'une des grandes professeurs de yoga dans le monde. Elena a fait ça pour moi et ils sont beaux et ils sont juste un mélange d'environ 11 huiles essentielles différentes. Celui que je viens de mettre sur mes paumes s'appelle Happy. Il y a aussi quelque chose à propos du parfum qui nous amène dans un état émotionnel et un moment agréable. Je pense aussi quelque chose à voir avec le parfum et la mémoire que chaque fois que je voyage, et que je voyage tellement pour le travail, et où que je sois si j'ai ces parfums, ces cartes, ces cristaux, je me sens comme si je suis à la maison. Donc je vais nous déplacer directement dans la méditation Metta. Alors prenez un moment pour vous installer et où que vous soyez il suffit de trouver un siège confortable et de fermer doucement les yeux. Une fois que vous avez trouvé votre siège, prenez un moment et réfléchissez à ce que c'est d'être à l'aise dans un siège. Où votre corps est-il soutenu ? Sentez vos os de siège contre votre coussin, votre chaise ou le sol. Sentez les paumes de vos mains reposant sur vos cuisses. Si vous êtes sur une chaise ou sur un canapé, sentez le petit de votre dos. Notez que vous êtes pris en charge sans avoir à faire quoi que ce soit et permettre à la gravité de faire son travail. Commencez à tourner doucement votre attention sur le souffle. Ne respirez pas d'une manière particulière, juste en remarquant que vous inhalez et expirez. Encore une fois, comme vous êtes toujours toute la journée, sans avoir à essayer ou forcer quoi que ce soit. Nous commençons donc la méditation Metta avec quatre phrases, quatre bénédictions, quatre souhaits que nous allons répéter plusieurs fois de différentes manières. Puis-je être en sécurité. Puis-je être heureux. Je peux être forte. Je peux vivre avec facilité. Encore une fois, puis-je être en sécurité. Sentez ce sentiment de sécurité dans votre corps. Puis-je être heureux. Je peux être forte. Je peux vivre avec facilité. Maintenant, nous invitons dans nos cœurs quelqu'un que nous aimons et nous offrons ces bénédictions, ces souhaits à cette personne bien-aimée. Puissiez-vous être en sécurité. Puissiez-vous être heureux. Puissiez-vous être forte. Puissiez-vous vivre facilement. Puissiez-vous être en sécurité. Puissiez-vous être heureux. Puissiez-vous être forte. Puissiez-vous vivre facilement. Maintenant, nous invitons dans nos cœurs un inconnu familier, quelqu'un que nous pourrions passer tous les jours et peut-être ne pas savoir quoi que ce soit sur eux ou même pas connaître leur nom, mais ils font partie de notre vie, le tissu de nos vies, néanmoins. Donc, à l'étranger familier, puissiez-vous être en sécurité. Puissiez-vous être heureux. Puissiez-vous être forte. Puissiez-vous vivre facilement. Puissiez-vous être en sécurité. Puissiez-vous être heureux. Puissiez-vous être forte. Puissiez-vous vivre facilement. Maintenant, avec le même esprit d'équanimité, nous invitons dans nos cœurs quelqu'un avec qui nous avons des difficultés, et nous offrons ces bénédictions, ces souhaits à cette personne difficile. Puissiez-vous être en sécurité. Puissiez-vous être heureux. Puissiez-vous être forte. Puissiez-vous vivre facilement. Puissiez-vous être en sécurité. Puissiez-vous être heureux. Puissiez-vous être forte. Puissiez-vous vivre facilement. Enfin, nous invitons tous les êtres vivants dans notre cœur et nous offrons ces bénédictions, ces souhaits à tous les êtres vivants proches et lointains. Que tous les êtres soient en sécurité. Que tous les êtres soient heureux. Que tous les êtres soient forts. Que tous les êtres vivent avec facilité. Sûr, heureux, fort, vivre avec facilité. Chaque fois que vous êtes prêt, vous pouvez lentement revenir à la pièce, ouvrir les yeux. Quelques choses à propos de cette méditation, c'était sur la vitesse de distorsion. Quand vous faites cela, comme j'espère que vous le ferez encore et encore, vous pouvez vraiment vous plonger dans la pratique de Metta. Cela peut prendre 10 minutes, 20 minutes, ça peut prendre des heures. Je voulais vous en donner un peu un avant-goût et quelques autres choses juste des notes. Parfois, les gens qui n'ont pas pratique de prière se confondent et se demandent si c'est de la prière, je sais que je l'ai fait quand j'ai commencé à pratiquer, et cela n'a pas besoin d'être metta physique. C' est vraiment l'expression d'un souhait et je pense que nous souhaitons tous, nous souhaitons tous nous-mêmes, nous souhaitons tous les autres. Je veux aussi dire une chose sur le mot heureux, parce que cela attire aussi les gens vers le haut. Par heureux, nous ne voulons pas dire étourdi de joie, nous voulons dire que nous pouvons nous contenter de ce qui est en ce moment. Merci d'avoir pratiqué avec moi. Maintenant, nous allons retourner en bas et nous allons parler du lien entre la méditation et l'écriture et pourquoi je pense que c'est si important pour les écrivains et les artistes. 7. La pratique: Pour moi, la pratique est tout ce qui soutient l'écrivain pour être en mesure de faire le travail. J' ai donc une pratique quotidienne de méditation. Je m'assois 20 minutes tous les matins, quoi qu'il arrive, avant de vérifier les courriels, avant de lire les gros titres de la journée, avant de parler vraiment à qui que ce soit si possible. Je fais une tasse de café d'abord. Mais j'ai cette pratique de méditation parce qu'elle me met en contact plus étroit avec mon propre esprit. Mon esprit m'échappe sans cette pratique. Si je suis assis pendant ces 20 minutes, alors je remarque que, oh, c'est ce qui est dans mon esprit, ou c'est là que mon esprit dérive toutes les 10 secondes, j'ai cette pensée ou j'ai cette sensation. Il a donc la qualité de calmer et de régler mon esprit parfois au mieux, et à tout le moins, de savoir ce qui se passe réellement. Alors que lorsque je m'approche alors de la page, je m'approche de la page avec un espérons-moins obscure ou obscure pour moi, l'esprit. Avec un esprit non confus, nous ne devons pas être confus lorsque nous sommes assis et essayer de créer quelque chose qui a de la clarté sur la page. La pratique me semble un peu plus sacrée que la routine ou l'habitude. Je dirais que c'est la façon la plus proche que je connaisse de cultiver l'inspiration. Une autre chose qui arrive avec la méditation en général, est que souvent la personne qui médite veut vraiment se lever et s'enfuir. C' est une version du capteur interne en méditation. Mais dans le cas de la méditation, la voix dit quelque chose comme « Sûrement, 20 minutes se sont écoulées, je devrais vérifier la montre. » Ou « J'ai faim. » Ou « J'ai juste eu une pensée très importante, je ferais mieux d'écrire ça. » Quand en fait cela se produit souvent, précisément au moment où quelque chose de plus profond est sur le point de se produire. Donc nous voulons fuir, nous ne voulons pas le sentir, nous ne voulons pas l'expérience, nous sommes sur le point d'être percés par quelque chose qui nous semble un peu effrayant. Donc nous décidons que nous avons faim ou que le temps doit être écoulé. C' est pareil dans la vie d'écriture, c'est pareil quand on est assis à son bureau, et qu'on est au milieu d'un travail, et soudain on se dit : « Oh, j'ai faim. » Ou « Oh, beaucoup plus insidieusement, je dois vérifier mon courrier électronique maintenant. » Ensuite, vous n'avez pas changé de position du tout, mais vous avez laissé ce que vous faites, et vous êtes allé ailleurs. Vous apprenez à vous attraper quand vous méditez, et vous apprenez à vous attraper, que l'apprentissage de vous surprendre se traduit par quand vous êtes assis à votre bureau. Je pense que quand il s'agit de rituel, que c'est un processus si profond d'apprendre sur vous-même et ce qui fonctionne pour vous, ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. Un moment précis de la journée peut sembler une habitude, mais cela peut vraiment être un rituel si ce que vous faites est de régler votre alarme avant que quelqu'un d'autre dans votre maison ne se réveille, sorte que vous avez une demi-heure sacrée pour vous avant de commencer le jour. L' astuce est de le rendre sacré, rendre sacré, de le rendre à l'écriture, même si tout ce que vous faites est assis là et de penser, mais toucher le travail tous les jours une manière ou d'une autre, même si vous n'avez pas beaucoup de temps, beaucoup de gens n'ont pas beaucoup de temps, mais juste ça, je vais juste lire ce que j'ai fait avant d'aller dormir la nuit. Ou je vais juste passer quelques minutes tous les jours. Je vais le porter avec moi dans mon sac, je vais passer quelques minutes à le toucher, me connecter d'une manière ou d'une autre au cours de la journée pour rester connecté à elle. J' ai une amie qui est une poète qui allume une bougie tous les jours quand elle arrive au travail, et quand elle a allumé cette bougie, elle sait qu'elle travaille. J' ai un autre ami qui est coureur, et qui court tous les matins. Si je n'avais pas de machine à cappuccino, si ma machine à cappuccino s'est cassée, je devrais interrompre ma journée d'écriture et aller en acheter une nouvelle, parce que je ne peux pas commencer ma journée sans cappuccino, et c'est une forme de rituel. Faire le cappuccino est un rituel. Parfois, je ne le bois même pas, mais j'en ai besoin, la tasse, le café, la cuisson à la vapeur du lait, c'est une action répétitive, l'odeur qui m'amène dans ma journée d'écriture. Nous nous mettons sur le chemin de la possibilité, le chemin de l'inspiration. Souvent, quand je médite, langage viendra à moi qui m'a fait allusion, une description de quelque chose qui a été vraiment, vraiment difficile pour moi d'arriver, va juste apparaître dans mon esprit parce que mon esprit est calme, et je ferai une petite note mentale : « Oh, en pensant, j'aime cette phrase. » Alors j'y retournerai, et je finirai ma méditation. Mais dans le calme, dans le calme, il y a juste la possibilité de découvrir une vérité plus grande, et c'est vraiment ce que nous essayons de faire. 8. Réflexions finales: Donc, vous avez peut-être eu l'expérience de partir en vacances et d'aller dans un endroit vraiment détendu, puis de penser que je vais continuer à ressentir ça, puis de rentrer à la maison et dans les trois jours, c'est parti. Ce que j'espère vraiment dans ce bref temps que nous avons passé ensemble, c'est que je vous ai donné des outils que vous pourrez continuer à cultiver. Cela deviendra certains d'entre eux, ou quelques-uns d'entre eux, ou peut-être tous feront partie de votre vie quotidienne au fur et à mesure que vous allez de l'avant. J' espère que vous envisagerez un journal dédié pour vos exercices je me souviens. Asseyez-vous quelques minutes tous les jours et commencez par cette phrase puissante, je me souviens. J' espère que vous consacrerez un journal à l'exercice des quatre quadrants. Rendez-vous tous les jours, et juste tous les jours passer 5, 6, 7 minutes juste à écrire ce que vous avez fait, ce que vous avez vu, ce que vous avez entendu, et faire un gribouillis. Ces idées que je vous ai présentées sous la forme de la méditation metta, divers types de rituels que vous pourriez vouloir penser et vraiment faire le vôtre. Ces rituels et les habitudes dont nous avons parlé au début vont vous préparer au succès alors que vous avancerez dans le prochain chapitre de votre vie d'écriture. Donc, en prenant ce cours, vous avez déjà fait un pas pour faire partie d'une communauté d'écriture. J' espère que vous partagerez dans la galerie de projets que vous découvrirez les nombreuses autres personnes qui suivent ce cours, et partagerez le travail les uns avec les autres, et créerez le sentiment d'être dans ce groupe. Cette chose qui doit être faite seule, mais elle n'a pas besoin d'être seule, c'est solitaire. Mais en même temps, il y a une si vaste communauté de gens qui écrivent. J' ai adoré passer ce temps avec vous et je vous remercie d'avoir fait le voyage avec moi. Je vais terminer en lisant le très court chapitre final de Still Writing qui est mon guide pour vivre une vie créative. C' est un livre qui, en écrivant, j'ai beaucoup pensé comme un compagnon des écrivains. J' espère que vous allez penser à cette classe comme un compagnon. Ainsi, le dernier chapitre de l'écriture continue s'appelle toujours l'écriture. « Mon ami Mark, un sculpteur dont les œuvres à grande échelle en granit et en marbre ont été commandées par l'Université Stanford et Penn State, dont les œuvres sont dans quelques-unes des collections d'art les plus importantes du pays, et qui est un bien... professeur respecté à la New York Academy of Art, m' a mis à part lors d'un dîner. « Quelqu'un vient de me demander si je faisais encore mon truc de sculpture », a-t-il dit. J' ai ri. « Je suis sérieux », dit-il. « Comment étais-je supposé répondre ? « Tu fais toujours ce truc de chirurgie cérébrale ? » J' ai pensé à toutes les fois où on m'a demandé si j'écris encore. J' ai été demandé par des connaissances et des étrangers, même par des fans, des lecteurs à moi. Toujours en train d'écrire ? J' ai toujours senti comme une chose honteuse qu'on me demandait ceci, que si j'avais écrit plus de livres, gagné plus de prix, gagné plus d'argent, était mieux connu, je n'aurais pas à traiter cette question. Toujours en train d'écrire ? Au fil des ans, j'ai supposé qu'il devait y avoir un moment où cela cesserait d'être demandé. Après deux livres ? Cinq ? Sept ? Après avoir été interviewé sur NPR ? Le spectacle d'aujourd'hui ? Oprah, pour l'amour de Dieu ? Bien que, je me sentais protecteur de mon ami, c'était un soulagement. Mais c'était ridicule d'entendre qu'il devait traiter la même question. Comme s'il avait pu l'avoir dépassé, changer de cap, entrer dans la loi ou ouvrir un magasin de poissons à la place. J' ai posé des questions autour, et j'ai découvert que chaque artiste et écrivain que je connais se disputait avec une version de cette question. C' est demandé aux écrivains qui sont des noms de famille. Il est demandé aux photographes dont le travail est suspendu au Musée d'Art Moderne. C' est demandé aux acteurs de scène qui ont gagné Tonys. poètes dont le travail est régulièrement publié dans les plus belles revues. Personne qui passe sa vie à créer des choses ne semble en être exempté. Toujours en train d'écrire ? Oh, et je suis presque sûr que la personne qui le demande ne signifie pas de mal. C' est juste un coup de couteau maladroit sur le plan social. Mais il est préférable de s'en tenir à la météo, ou aux misères du processus d'admission à l'université, ou à la délicieuse soupe. Toujours en train d'écrire ? Habituellement, je souris et hoche la tête, puis change rapidement le sujet. Mais voici ce que je voudrais poser ma fourchette et dire : Oui, oui, je le suis. J' écrirai jusqu'au jour de ma mort, ou jusqu'à ce que je sois privé de ma capacité à raisonner. Même si mes doigts devaient se serrer et se flétrir, même si je devais devenir sourd ou aveugle, même si je n'étais pas en mesure de bouger un muscle dans mon corps sauf en un clin d'œil, j'écrirais quand même. L' écriture m'a sauvé la vie. L' écriture a été dans ma fenêtre , largement ouverte à cette magnifique existence chaotique, ma façon d'interpréter tout ce qui est à ma portée. L' écriture a étendu cette portée en me poussant au-delà du confort, au-delà de la sécurité, au-delà de mes limites. Il a adouci mon cœur et durci mon intellect. Ce fut un privilège. Il m'a fouetté le cul. Cela m'a brûlé une clarté précieuse. Cela m'a fait penser à la souffrance, au hasard, à la bonne volonté, à la chance, à la mémoire, à la responsabilité et à la gentillesse au quotidien, que je le veuille ou non. Il a insisté pour que je grandisse. Que j'évolue. Cela m'a poussé à aller mieux, à être meilleur. C' est ma maladie et mon remède. Cela m'a permis non seulement de résister aux pertes de ma vie, mais aussi de modifier ces pertes, de me débarrasser de ma propre confusion jusqu'à ce que j'y trouve le modèle. temps en temps, je regarde le ciel, et je pense que si mon père était vivant, il serait peut-être fier de moi. Que si ma mère était vivante, j'aurais pu trouver les mots pour la faire comprendre. Que je change ce que je peux. Je vais tendre la main aux morts, aux vivants et aux non encore nés. Alors oui. Oui. Toujours en train d'écrire. »