Un crayon comme un autre et comme on en fera bientôt plus

0

Ce crayon est profondément seul, profondément banal : un crayon jaune pâle avec une gomme rose, triste comme les autres. Avec ces couleurs, il aurait très bien pu être un malabar et ravir les palets. Mais il n'en est rien, il n'est qu'un vulgaire bâton de bois sec, aussi sec que la gomme qui le précède et peut anéantir tout ce qu'il produit. Il est profondément seul dans le monde des crayons et il ne le sait même pas. Il ne connait pas sa solitude. Comment pourrait-il l'apprécier? Il parle au monde par l'intermédiaire d'un autre qui parle par l'intermédiaire de sa main, prolongement d'un bras. Il parle au monde... je veux dire aux yeux qui veulent bien s'intéresser à lui, c'est-à-dire à ce qu'il pose sur les miroirs de papier, ce qu'il ne pourra jamais apprécier, ce que certains apprécieront sans penser à lui. Oui, ne nous mentons pas. Nous ne nous rappelons pas des crayons, seulement des artistes. Ils demeurent tapis dans l'ombre, n'accèdent pas à la postérité. Pourtant, un artiste n'est rien sans son crayon!