Le stylo sur le cahier

Le stylo sur le cahier - student project

 Lien pour la vidéo :

https://youtu.be/MwcVcNz9pZU

 

 

  • Catégorie d’apprentissage :

Activité langagière.

 

  • Fabrication et matériel :

 

  1. Sur un logiciel de traitement de texte, écrire des phrases (ici 4) indiquant une action. Les phrases ne varient seulement par la préposition utilisée qui modifie l’action à réalisée. Ces prépositions sont écrites en vert. La police utilisée est Abeezee qui est une écriture adaptée pour les enfants, et en taille 24 pour la lisibilité.
  2. Imprimer ces phrases et coller sur un papier vert (cette doublure va permettre d´obtenir des cartes plus résistantes), les découper avec une marge (16x2,5cm), les plastifier et les redécouper.
  3. Créer les quatre symboles Montessori pour les prépositions (« pont » vert de 3x5cm), les imprimer, les découper, les plastifier et les redécouper.
  4. Placer ces phrases et symboles dans une boîte sur un plateau (15x12cm) avec un cahier et un stylo-plume.

 

  • Description :

Le matériel se compose d’un plateau vert (15x12cm) avec un cahier format A5 rose, un stylo plume bleu, une boîte noire à deux compartiments pour pouvoir y placer les étiquettes plastifiées de phrases (Abeezee 24, taille des étiquettes : 16x2,5cm) et les six symboles du « pont » vert plastifiés pour les prépositions (3x5cm).

 

Les quatre phrases d'action ne diffèrent que par la préposition utilisée qui est écrite en vert pour rappeler le symbole du pont vert des prépositions :

  • Pose le stylo-plume sur le cahier !
  • Pose le stylo-plume sous le cahier !
  • Pose le stylo-plume dans le cahier !
  • Pose le stylo-plume à côté le cahier !

 

  • Présentation :

-- Comment l’enfant peut travailler seul ?

  • L’enfant cherche dans l’étagère un tapis qu’il place où il veut travailler.
  • Il prend le plateau avec l’activité « le stylo sur le cahier » et le pose sur son plan de travail en face de lui.
  • Il sort les éléments du plateau.
  • Il prendre une étiquette, la lit, la place devant lui et exécute l’action. Par exemple il va poser le stylo-plume sur le cahier.
  • Il vérifie bien que la position du stylo-plume correspond à ce qu’on lui demande sur l’étiquette (il doit être placé sur le cahier) (contrôle de l’erreur).
  • Il va prendre un symbole vert pour les prépositions et va le placer au-dessus de la préposition de la phrase (« sur »).
  • Il vérifie que le symbole est bien placé (la préposition et le symbole sont de la même couleur) (contrôle de l’erreur).
  • Il prend une deuxième phrase qu’il place en-dessous de la première et fais de même (la lit, exécute l’action, place le symbole et vérifie).
  • Ainsi de suite pour les 6 phrases de ce plateau.
  • Il replace toutes les étiquettes et les symboles dans la boîte prévue pour cela et range tous les éléments sur le plateau (cahier, stylo-plume et boîte).
  • Il prend le plateau pour le ranger dans l’étagère à sa place et range également son tapis.

 

-- Comment travailler avec les enfants ?

Préparation : « On va faire un travail ensemble. Je te montre où se trouve le matériel ». Demander à l’enfant d’apporter le matériel. « Regarde bien ce plateau, on va sortir tous les éléments.

 

Exercice : Peux-tu prendre une étiquette et la lire à haute voix ? ». « Pose le stylo-plume sur le cahier ! ». « Bien, peux-tu faire ce que tu viens de lire ? ». Je relis la phrase en accentuant la préposition. L’enfant pose l’étiquette devant soi et exécute l’action en posant le stylo-plume sur le cahier. « Très bien, le stylo est placé au bon endroit. Quel mot t’a dit ce que tu devais faire avec le stylo ? … Juste, c’est le mot sur. Pour ce mot, on a le symbole du pont vert et on nomme ce type de mot préposition (introduction du vocabulaire). Peux-tu poser le symbole de la préposition, le pont vert, au-dessus du bon mot ? ». Puis, l’enfant prend une deuxième phrase, la lit à haute voix et exécute l’action : « Pose le stylo-plume à côté du cahier ! ». « Est-ce que ça peut être autrement ? ». L’enfant remarque qu’il peut poser le stylo à gauche ou à droite du cahier. « Quel est le mot qui dit où est le stylo ? Quel symbole peux-tu mettre sur ce mot qui t’a dit ce que tu devais faire avec le stylo ? Oui, le pont vert. ». Et ainsi de suite pour toutes les phrases. L’enfant vérifie à chaque fois que le stylo est bien placé et que chaque symbole vert est placé au-dessus de la préposition écrite en vert.

Institutionnalisation : Je reprends toutes les phrases en relisant les différentes prépositions et je lui explique que tous ces petits mots s’appellent des prépositions. Que leur rôle est d’indiquer une position et/ou de faire le lien entre deux mots ou groupes de mots. Le fameux pont faisant le lien entre les deux phrases vues précédemment.

Rangement de l’activité : « Encore une fois ? Non ? On va alors replacer toutes les étiquettes et les symboles dans la boîte et ranger tous les éléments sur le plateau (cahier, stylo-plume et boîte). Inviter l’enfant à ranger le plateau dans l’étagère. « Maintenant que tu as fait cet exercice, je t’invite à refaire cette activité autant de fois que tu le veux ».

 

 

  • Utilité et intérêts pédagogiques :

Public cible : 7 ans.

Modalité de travail : individuelle.

Objectif d’apprentissage direct :

  • Introduire la préposition.

Objectifs d’apprentissage indirects :

  • Travailler la compréhension écrite.
  • Analyser les mots d’une phrase.
  • Préparation à l’écriture.
  • Travailler la lecture.

Point d’intérêt :

Le plateau est attrayant avec des couleurs contrastées (plateau vert, cahier rose, stylo bleu, boîte noire).

L’utilisation de six prépositions différentes permet aux enfants d’avoir une vue d’ensemble sur les prépositions et comprennent mieux la fonction de ce type de mot.

 

  • Suite didactique :

-- Suite didactique au sein des classes grammaticales :

Les prépositions n’arrivent pas en tout premier dans le domaine de l’acquisition de la langue. La lecture et l’écriture précèdent la grammaire qui s’adresse particulièrement aux enfants qui savent déjà lire et écrire. On sait que plus les enfants ont un vocabulaire riche, plus l’acquisition de la grammaire et ses méthodes seront efficaces.

Commencer par une introduction aux différentes classes grammaticales avec par exemple le conte des classes grammaticales. C’est une histoire, une parabole (pas avant 6 ans car ils n’ont pas encore la pensée abstraite). Ils vont prendre plaisir à écouter l’histoire qui sera présentée avec des images et ils se familiariseront avec les symboles pour chaque classe grammaticale (nom, verbe, préposition, etc.).

Puis il est intéressant de poursuivre avec les noms et les différents types de noms. Plusieurs activités peuvent être pensées pour chaque classe grammaticale. On peut enchaîner avec les articles et déterminants qui vont de paire avec les noms, puis le verbe, les adjectifs et les groupes nominaux. On peut ensuite travailler les prépositions qui pourront être par la suite suivies par les conjonctions, les adverbes et les pronoms. C’est une proposition d’une suite didactique qui prend en compte la complexité des classes grammaticales et introduit chacune de celles-ci en fonction de sa rencontre plus ou moins fréquente dans les phrases simples à complexes (les phrases simples contiennent généralement un nom ou groupe nominal et un verbe ; les phrases plus complexes sont enrichies par des prépositions, des conjonctions et des adverbes). Néanmoins, des allers retours sont indispensables pour voir et revoir une notion et la complexifier de plus en plus.

 

-- Suite didactique au sein du travail avec les prépositions :

Introduction aux prépositions en collectif avec la classe. Prendre une étiquette et la lire à haute voix en demandant à un élève de réaliser l’action : « Place-toi devant la table ! ». Puis demander à un autre élève pour une autre étiquette : « Place-toi sous la table ! ». Faire ainsi de suite en changeant d’élève pour chaque étiquette. Celles-ci ne diffèrent que par la préposition utilisée. On isole tous ensemble les petits mots qui changent dans chaque phrase pour ensuite expliciter que ce sont des prépositions. « Ces petits mots s’appellent des prépositions. Leur rôle est d’indiquer une position et/ou de faire le lien entre deux mots ou groupes de mots. C’est pourquoi, leur symbole est un pont vert comme celui-là (montrer un symbole assez grand et en placer au-dessus de chaque préposition dans les phrases) ».

Introduction aux prépositions de manière individuelle avec le plateau : « le stylo sur le cahier » (cf. Présentation).

On peut ensuite complexifier ce plateau en proposant plus de phrases et où elles ne seront pas explicitement indiquées par la couleur verte (ils devront eux-mêmes rechercher la préposition dans la phrase).

La ferme Montessori : avec des étiquettes d’action (« Pose la poule sur le tracteur »). Les enfants placent les figurines selon ce que les étiquettes leur indiquent. C’est plus complexe car les enfants auront à faire différentes actions avec différentes figurines.

 

  • Contrôle d’erreur :

Visuel : La position du stylo doit correspondre à ce qui est écrit sur l’étiquette. De plus le symbole vert de la préposition doit être positionné au-dessus de la préposition dans la phrase qui est également écrit en vert (contrôle de l’erreur visuel).

 

  • Variations :

Dans notre plateau, on n’aurait pu augmenter le nombre d’étiquettes en rajoutant deux actions avec les prépositions au-dessus et en-dessous.

 

Proposer plusieurs plateaux avec différentes actions et objets et différentes prépositions. Proposer plus ou moins de phrases pour complexifier (variation des actions et des objets, variation des prépositions et variation du nombre de phrases).

 

Le travail individuel avec le plateau peut également être réalisé en collectif pour introduire avec toute la classe les prépositions.

 

Les phrases peuvent être écrites sans que les prépositions soient écrites en vert pour pousser les élèves à les repérer par eux-mêmes dans la phrase.

 

On peut adapter ces exercices pour des adultes qui apprendraient une langue (le français dans notre cas).

 

La ferme Montessori : avec des étiquettes d’action (« Pose la poule sur le tracteur »). Les enfants placent les figurines selon ce que les étiquettes leur indiquent. C’est plus complexe car les enfants auront à faire différentes actions avec différentes figurines.