Qu’est-ce qui rend une œuvre de fiction efficace ? Plusieurs réponses sont possible, mais la vérisimilitude, ou la crédibilité, revient souvent dans la plupart d’entre elles.

Même dans des œuvres de science-fiction et de fantastique, un auteur doit pouvoir créer un monde qui semble plausible à ses lecteurs. Cela ne signifie pas forcément qu’il faut ignorer les éléments magiques ou surnaturels, mais plutôt que les éléments de l’histoire s’assemblent d’une manière qui fait sens.

C’est peut-être un mot délicat à prononcer, mais la vérisimilitude est un concept simple en pratique. Voici ce que vous devez savoir à son sujet, y compris une courte définition de la vérisimilitude et certains de nos exemples de vérisimilitude favoris issus de films et de livres.

Liens rapides

Qu’est-ce que la vérisimilitude ?

La vérisimilitude désigne la qualité de réalisme présent dans une fiction. Elle s’applique aux personnages, aux situations et au contexte que l’auteur a créés et il s’agit d’un élément important de la création du monde et de la continuité narrative. Le mot vient du latin « verum » (vérité) et « similis » (similaire) et son concept tire son origine des drames grecs et de la poésie héroïque italienne.

Dans de nombreux cas, la vérisimilitude n’est pas forcément un élément auquel vous prêtez attention, à moins qu’elle ne soit aux abonnés absents. Une histoire sans crédibilité est très peu accrocheuse et sa lecture peut devenir frustrante à force de nous déconcentrer avec des détails irréalistes. De même, si vous écrivez, c’est à vous de vous assurer de la crédibilité de votre texte. Il s’agit d’un élément auquel vous devez sans cesse prêter attention tout au long de votre travail.

Quels sont les types de vérisimilitude ?

Il existe deux types de vérisimilitude : culturelle et générique.

  • La vérisimilitude culturelle est la crédibilité dans le contexte du monde réel (c’est-à-dire notre monde)
  • La vérisimilitude générique est la crédibilité dans le contexte d’un monde fictif (c’est-à-dire le monde des personnages)

Certains genres de fiction, comme le réalisme magique, utiliseront un peu des deux. D’autres se reposeront uniquement sur l’un ou l’autre. L’objectif est le même peu importe le genre : établir et maintenir une norme de réalisme auxquels répondent tous les détails de l’histoire.

Quelle est la différence entre le réalisme et la vérisimilitude ?

Le réalisme est ce qui est réellement réel alors que la vérisimilitude est l’apparence de la réalité. En d’autres termes, le réalisme existe en dehors de la fiction, car il s’agit des règles, des lois et des concepts qui régissent notre univers réel. La vérisimilitude, quant à elle, n’existe que dans la fiction. C’est la probabilité selon laquelle ce que nous lisons ou voyons puisse réellement se produire, soit dans notre univers ou l’univers prévu par l’auteur.

Créer des personnages réalistes

Écrire de la fiction authentique : comment créer un personnage crédible

La vérisimilitude dans la littérature et le cinéma

Examiner des exemples de vérisimilitude est un bon moyen d’appréhender comment elle fonctionne. Heureusement, il existe de nombreux exemples, notamment dans les livres et les films populaires.

Exemples de vérisimilitude dans la littérature

La vérisimilitude est une technique littéraire essentielle à tous les genres, de la science-fiction à la poésie, et elle doit être présente dans les dialogues, les interactions entre les personnages, le décor et l’intrigue. Encore une fois, ces éléments peuvent être conformes au monde réel ou au monde fictif créé par l’auteur, mais ils doivent rester cohérents en fonction des règles établies.

Les Raisins de la colère de John Steinbeck

Les personnages de Steinbeck dans Les Raisins de la colère existent au sein des constructions sociales et des limites de la Grande Dépression. La vie des agriculteurs migrants et de leurs familles, ainsi que les descriptions de la pauvreté, sont toutes conformes à ce que nous savons de cette époque, ou que nous avons peut-être directement vécue. Le roman est si réaliste qu’il est souvent utilisé pour enseigner la Grande Dépression et Steinbeck a remporté un prix Pulitzer et un prix National Book Award grâce à cela.

Dracula de Bram Stoker

Le réalisme n’est probablement pas la première chose qui vient à l’esprit lorsqu’on pense à Dracula, mais le roman d’horreur gothique de Bram Stoker est un chef-d’œuvre qui associe la vérisimilitude culturelle et générique. Le comte Dracula est un personnage évidemment fantastique, mais il existe dans une représentation sinon fidèle de l’Angleterre victorienne. C’est cette juxtaposition qui rend le livre particulièrement effrayant, car les mauvaises actions de Dracula ont un impact sur des personnes qui auraient très bien pu se passer pour les lecteurs de l’époque eux-mêmes.

Exemples de vérisimilitude dans le cinéma

Comme dans la littérature, la vérisimilitude est la clé d’un film réussi. Il est difficile (sinon impossible) de nouer une connexion forte avec le public en son absence. Même lorsque les personnages agissent à l’encontre des valeurs du public, l’effet général doit être plausible et tout doit avoir du sens dans l’histoire globale.

Gladiator

Ce film épique se raccroche très peu à la vie réelle, mais si les événements ne se sont pas historiquement déroulés ainsi, ils auraient très bien pu l’être. Gladiator présente avec précision des éléments qui se sont réellement déroulés (la bataille du Danube, par exemple, et les combats de gladiateurs romains) ainsi que des personnes qui ont réellement existé (comme Commode et Marc Aurèle). En ce qui concerne les éléments qui s’éloignent de ce que nous connaissons, le film les introduit de manière à ce qu’ils restent fidèles à l’époque et au contexte et qu’ils répondent à la logique du film.

Jurassic Park

Est-ce que deux scientifiques de talents pourraient-ils cloner des dinosaures à partir de vieil ADN à l’aide de nos capacités technologiques actuelles ? Non. Mais serait-il possible d’y parvenir en vertu des lois scientifiques établies dans Jurassic Park ? Absolument. Le film, basé sur le roman de Michael Crichton, est riche en vérisimilitude. Même si le postulat lui-même est improbable, en tant que spectateurs, nous avons vite fait d’oublier de douter en assistant au déroulement des événements du film. La qualité de la création du monde et l’attention aux détails pseudo-scientifiques permettent au film d’être bien plus divertissant qu’il ne l’aurait été sans ces efforts.

Comment intégrer la vérisimilitude dans vos écrits

Lorsque vous créez des fictions, vous devriez toujours viser la vérisimilitude, aussi bien dans l’idée globale que dans les petits détails. Voici quelques moyens d’y parvenir.

  • Définissez des règles claires. Soyez définitif vis-à-vis des règles que vous utilisez pour construire votre monde. Si vous optez pour un monde où le soleil se lève à l’ouest et se couche à l’est, pas de problème, mais pour rester plausible, vous devrez vous tenir à la réalité que vous venez d’établir tout au long de votre histoire.
  • Apportez beaucoup de détails. Les détails apportent de la profondeur et du réalisme aux situations. Utilisez des détails sensoriels pour décrire les paramètres (pas seulement le visuel, mais aussi les odeurs, les sons, etc.) et incluez des détails comportementaux qui aident à affiner le réalisme de vos personnages (par exemple, écrivez que votre personnage s’excuse s’il heurte quelqu’un plutôt que de s’éloigner sans rien dire).
  • Contrôlez les faits. Si vous n’êtes pas sûr de la véracité d’un élément, prenez le temps de le vérifier plutôt que de supposer que tout ira bien. Il s’agit d’une bonne pratique pour la vérisimilitude culturelle et générique et d’une tâche nécessaire pour vous assurer de rester cohérent dans votre approche.

La prochaine fois que vous vous lisez ou regardez une œuvre de fiction, essayez de définir les différents éléments qui conviennent du réalisme. Vous aurez une meilleure idée de ce qui vous permettra d’avoir une histoire percutante. Prenez également le temps de vous en inspirer pour apporter de la vérisimilitude dans votre propre travail.   

Vous voulez écrire de super histoires ?

Le b.a.-ba de la narration : personnage, conflit, contexte et art

Written By

Laura Mueller

  • Click here to share on Twitter
  • Click here to share on Facebook
  • Click here to share on LinkedIn
  • Click here to share on Pinterest