En matière de littérature et de poésie, il ne faut pas toujours prendre ce que l’on lit pour argent comptant. Dans de nombreux cas, les mots, les phrases, les objets et même les personnages peuvent tous signifier quelque chose de très différent de ce que nous voyons sur la page. Le symbolisme est utilisé dans l’écriture depuis des milliers d’années et constitue l’un des nombreux procédés littéraires que les auteurs utilisent pour raconter leurs histoires. Mais quels dispositifs narratifs sont réellement considérés comme du symbolisme, et lesquels sont totalement différents ? Jetons un coup d’œil.

Liens rapides

Qu’est-ce que le symbolisme ?

L’indice pour définir le symbolisme se trouve dans le nom : le symbolisme est quelque chose qui représente ou suggère quelque chose d’autre que la signification littérale. Dans l’écriture, cela prend généralement la forme d’objets ou de mots ayant une signification supplémentaire qui joue un rôle clé dans le récit global.

Le symbolisme littéraire est l’un des moyens les plus populaires pour les écrivains de « montrer, et non de raconter », dans une histoire. Les symboles sont souvent disséminés dans un récit, certains plus visibles que d’autres, et sont utilisés pour donner aux lecteurs une indication de ce qui va se passer. C’est un excellent moyen de susciter une réponse émotionnelle chez votre public, de créer une tension ou une expérience sensorielle supplémentaire que vos lecteurs apprécieront au fur et à mesure de leur progression dans le texte.

Exemples de symbolisme

Nous voyons des exemples de symbolisme partout, tant dans la littérature que dans notre vie quotidienne, et il existe des centaines de significations universellement acceptées pour différentes phrases ou images qui dépassent leurs interprétations les plus évidentes. En voici quelques-unes :

Blanc : innocence et pureté

La couleur blanche est souvent utilisée comme symbole d’innocence ou de pureté. Pensez aux traditionnelles robes de mariée blanches, ou au fait de lever un drapeau blanc en signe de reddition. Le blanc n’a rien de spécifique qui puisse suggérer cela, mais les gens ont attribué une signification supplémentaire à la couleur au fil des années, et ces implications plus profondes sont devenues partie intégrante de notre compréhension collective.

Trèfle à quatre feuilles : chance ou bonne fortune

La « chance des irlandais » est souvent attribuée au trèfle à quatre feuilles. Si le trèfle à trois feuilles est courant, il est beaucoup plus rare de tomber sur un trèfle à quatre feuilles. On considère donc que toute personne qui en trouve un est incroyablement chanceuse.

Corbeaux : la prophétie ou la mort

Le corbeau, oiseau parlant, a souvent été considéré à travers l’histoire comme un symbole de prophétie ou de sagesse, une connexion entre le monde des hommes et celui des esprits. Mais leurs plumes sombres, leur présence inquiétante et leur régime typique de chair en décomposition ont également conduit à leur association avec la mort, la perte ou la mauvaise fortune. Le poème notoire d’Edgar Allan Poe « Le Corbeau » est un bon exemple de ce type de symbolisme en littérature.

Écrivez des histoires qui captivent vos lecteurs

La boîte à outils de l’écrivain : 6 étapes prendre l’habitude d’écrire

Types de symbolisme

Symbolisme religieux

Pendant des siècles, la religion a été une force dominante dans les sociétés du monde entier. Il n’est donc guère surprenant que les symboles autour des croyances religieuses aient été si répandus dans la littérature et la poésie. 

Shakespeare adorait utiliser le symbolisme religieux, utilisant souvent des expressions comme « pèlerin », « saint » et « sanctuaire » pour parler de l’amour de Roméo et Juliette. Non seulement ces phrases ont trouvé un écho auprès d’un public très religieux à son époque, mais elles permettent également aux lecteurs modernes de compatir à la détresse des deux amants et de ressentir la profondeur et la pureté de leur amour.

Symbolisme romantique

L’amour et la romance, autres concepts universellement compris, sont symbolisés de diverses manières à travers la littérature et la poésie. Les cygnes et les roses rouges, par exemple, sont devenus synonymes d’amour et de dévotion. 

Si certains auteurs affichent des symboles romantiques plus évidents (un dîner aux chandelles ou des objets en forme de cœur évoquent clairement l’amour), d’autres choisissent de garder leur symbolisme littéraire moins direct pour le lecteur. Dans le poème « Ode to Nightingale » de John Keats, la musique de l’oiseau suggère la beauté de la communication entre l’homme et l’animal. Il symbolise également l’amour, s’inspirant des symboles traditionnels des oiseaux et de la romance de la mythologie grecque.

Symbolisme émotionnel

De tous temps, les écrivains ont tous utilisé des objets physiques pour suggérer une émotion. Prenez, par exemple, les mains tachées de sang de Lady Macbeth qui ne peuvent être nettoyées pour représenter sa culpabilité, ou le peigne à cheveux en forme de papillon de Rose dans Titanic pour représenter son sentiment de liberté avec Jack.

L’eau est également souvent utilisée pour symboliser les émotions. Un orage calme peut suggérer la tristesse, tandis qu’une mer agitée signifie généralement que des problèmes se préparent. Le feu, quant à lui, est couramment utilisé pour représenter la colère, la douleur ou la destruction. Dans le roman dystopique Fahrenheit 451, la destruction des livres par le feu est à la fois littérale et symbolique de l’effacement de la liberté et de la connaissance.

Autres types de symbolisme

Mythologie

Les mythes sont un genre particulier de récit fortement basé sur le symbolisme. Ils racontent souvent l’histoire de dieux ou de créatures non humaines qui interagissent avec le monde humain ou ont un certain impact sur nos vies. 

De nombreux groupes religieux et spirituels du monde entier ont des liens étroits avec les mythes historiques, notamment au sujet des histoires de création, tandis que d’autres expliquent les normes et coutumes culturelles. Ce type d’exemples de symbolisme se retrouve dans la mythologie grecque, chinoise, égyptienne et nordique. Il suffit de penser à n’importe quelle divinité du panthéon, qui représente plus que son nom.

Personnification

La personnification est un procédé littéraire généralement utilisé par les écrivains pour donner le comportement d’une personne à un objet inanimé ou à un personnage non humain. Cela peut aider les lecteurs à se connecter davantage avec ce qui est personnifié, en particulier chez les personnages non humains, ou simplement ajouter un langage plus décoratif aux œuvres littéraires et à la poésie.

Le temps et les bâtiments font partie des exemples de symbolisme les plus couramment personnifiés dans la littérature. Prenez la phrase « le tonnerre grondait dans la vallée », par exemple. Dans le domaine du symbolisme poétique, Emily Dickinson était connue pour son utilisation fréquente de la personnification. Elle a écrit : « Le cœur veut ce qu’il veut, sinon il s’en moque. »

Dispositifs littéraires qui ne sont pas vraiment du symbolisme

Métaphore

Si, à première vue, on peut penser que les métaphores sont symboliques, ce n’est pas tout à fait exact. Les métaphores sont une figure de style. Elles servent à établir une comparaison similaire, plutôt que de donner à l’objet ou à la personne une signification symbolique. 

La phrase classique des Elfes, « vous êtes assis sur un trône de mensonges », peut à première vue sembler être du symbolisme (la chaise est représentative d’un trône), mais il s’agit en fait d’une métaphore. La chaise est la métaphore d’un tas de mensonges, qui est bien sûr quelque chose d’entièrement intangible, et une comparaison directe est faite entre ce tas de mensonges imaginé et un trône.

Comparaison

Comme la métaphore, la comparaison est une figure de style qui compare deux objets ou concepts, mais cette fois-ci, il s’agit de deux choses différentes. Vous retrouverez ce concept dans de nombreuses expressions courantes, notamment « plat comme une crêpe », « léger comme une plume » ou « va comme un gant ».

Il ne s’agit pas de symboles au sens classique du terme, car l’utilisation de « comme » indique clairement qu’il s’agit d’une comparaison directe plutôt que d’une chose qui représente quelque chose d’autre. C’est également ce qui les différencie d’une métaphore, puisque le « comme » rend la comparaison beaucoup plus claire.

Allégorie

L’allégorie est le procédé littéraire le plus proche du symbolisme. Elle utilise des événements, des actions ou des personnages pour représenter des idées spécifiques. Les allégories fonctionnent seules en tant qu’événements ou êtres autonomes, sans qu’aucun symbolisme ne soit pris en compte, mais sont étroitement liées au thème général ou au message du récit. Dans une histoire allégorique, presque chaque détail a un certain niveau de symbolisme. D’autre part, une histoire symbolique ne doit pas nécessairement être une allégorie.

Un exemple courant (bien que discuté) est le personnage d’Aslan dans Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique de C.S. Lewis. On pense souvent qu’Aslan représente Jésus. Le fait qu’il ait sacrifié sa vie pour sauver celle d’Edmund et sa résurrection dans les derniers chapitres ne font que renforcer l’argument.

Le symbolisme dans la poésie

I Wandered Lonely as a Cloud, de William Wordsworth

L’œuvre de Wordsworth est pleine de symbolisme poétique, et cette œuvre n’est pas différente. Ses références aux jonquilles, qui font suite à ses descriptions de la solitude, sont le symbole d’un nouveau départ et de l’éclosion d’une nouvelle vie :

I Wandered Lonely as a Cloud (J’errais solitaire comme un nuage)

That floats on high o’er vales and hills, (Qui flotte au-dessus des vallées et des collines,)

When all at once I saw a crowd, (Quand tout à coup, j’ai vu une foule,)

A host, of golden daffodils; (Une foule, de jonquilles dorées 😉

Beside the lake, beneath the trees, (Au bord du lac, sous les arbres,)

Fluttering and dancing in the breeze. (Flottant et dansant dans la brise.)

Because I could not stop for Death, d’Emily Dickinson

Bon nombre des meilleurs exemples de symbolisme dans la poésie sont écrits par Emily Dickinson. Dans ce poème, elle utilise le symbole du carrosse pour suggérer le mouvement du locuteur vers la mort (qui est également suggéré plus tard dans son utilisation du coucher de soleil) et le passage entre la vie, la mort et l’au-delà.

Because I could not stop for Death – (Parce que je ne pouvais pas m’arrêter pour la Mort -)

He kindly stopped for me – (Elle s’est gentiment arrêtée pour moi -)

The Carriage held but just Ourselves – (Le chariot ne contenait que nous-mêmes -)

And Immortality. (Et l’Immortalité.)

Écrivez vos propres histoires symboliques

Maintenant que vous savez mieux ce qu’est le symbolisme (et ce qu’il n’est pas), vous pouvez ajouter des éléments dans vos propres œuvres de fiction. Inspirez-vous des meilleurs auteurs et poètes du monde, testez vous-même quelques symboles et voyez comment ils peuvent transformer votre prochain texte.

Commencez une toute nouvelle histoire aujourd’hui !

Écriture de romans pour les débutants : comment rédiger votre premier jet