Il existe différents types d’instruments littéraires (literary devices) que vous pouvez employer pour que votre écriture soit plus percutante. Lorsqu’il s’agit de comparer deux choses, l’analogie est parfois le processus de pensée approprié.

Les analogies servent à mettre en évidence un lien commun entre deux objets ou idées. En écriture, elles peuvent être efficaces pour non seulement montrer que deux choses sont semblables, mais également ce qui les différencie. Pour les employer correctement, vous devez toutefois savoir exactement ce que sont les analogies. Vous devez également connaître les bases de la rédaction des analogies et savoir comment les utiliser au quotidien.

Voici ce qu’il faut savoir sur cet outil littéraire courant. Vous trouverez ci-après une définition simple, plusieurs exemples, un guide rapide des types d’analogies et des conseils. 

Liens rapides

Qu’est-ce qu’une analogie ?

“ La joie est au plaisir ce que la haute mer est à une flaque d’eau. C’est un sentiment intérieur qui peut difficilement être contenu. ” – Terry Pratchett, Un chapeau de ciel

Si vous voulez apprendre à employer des analogies, vous devez commencer par en comprendre l’objet et la fonction.

Une analogie est un processus de pensée littéraire qui établit une comparaison inattendue entre deux choses. Lorsqu’on écrit une analogie, le but est d’approfondir la compréhension du lecteur en ce qui concerne l’un ou les deux objets de comparaison, soit sous la forme d’une explication, soit comme un moyen d’affirmer quelque chose de manière plus large et sans équivoque.

Il existe une complexité inhérente aux analogies que vous ne trouverez pas dans les comparaisons et les métaphores (similes and metaphors) qui sont des cousines de l’analogie mais n’ont pas la même profondeur dans la signification. Ainsi, lorsque vous essayez d’utiliser des analogies dans des rédactions personnelles, des fictions littéraires et d’autres types d’écrits, ne pensez pas uniquement au lien commun entre les deux objets ou idées, mais également au message que vous essayez de faire passer à votre public.

Exemples d’analogies

Le bon moyen de repérer une analogie est de regarder des signes annonciateurs tels que  » est à « / » sont au  » et  » est comme « / » sont comme « , bien que la formulation ne soit pas toujours évidente, notamment en littérature classique. Jetez un coup d’oeil à ces célèbres exemples d’analogies et essayez de choisir l’expression (ou la phrase supposée) qui relie les deux objets et établit la comparaison.

  • “ La vérité, tout comme l’or, ne peut être obtenue en la faisant croître mais en nettoyant tout ce qui n’est pas de l’or. «  – Léon Tolstoï
  • « J’admire le parfait assassin. De la même façon, j’admirerais un tigre… ce magnifique animal à la fourrure rayée. Mais je le contemplerais à l’extérieur de sa cage. Je me garderais d’y rentrer. » – Agatha Christie, Cartes sur la table
  • “ Le temps est comme un fleuve d’événements qui se produisent, et un courant violent ; car dès qu’une chose est en vue, elle est emportée, et une autre vient à sa place… ” – Marc Aurèle, Méditations
  • “ Les puces sont comme une mauvaise habitude : une fois qu’elles sont sur vous, il est horriblement difficile de s’en débarrasser.  » – Haruki Murakami, Kafka sur le rivage
  • “ La mémoire est à l’amour ce que la soucoupe est à la tasse. ” – Elizabeth Bowen, La Maison à Paris

Devenez un meilleur conteur

Les bases de la narration : personnages, conflits, contexte et métier

5 types d’analogies

Il existe plusieurs types d’analogies, chacun d’entre eux servant à mettre en évidence une comparaison d’une manière unique. Ces cinq analogies sont parmi les plus courantes. Vous pouvez les employer à des moments différents dans vos récits pour établir une relation entre deux choses.

1. Synonymes

Les analogies de synonymie permettent de comparer deux paires où chaque paire comprend deux mots ou expressions qui signifient la même chose. Les deux paires n’ont pas à être (et souvent ne le sont pas) synonymes l’une de l’autre.

Exemples :

  • Frais est à froid ce que bouillant est à chaud.
  • Brave est à héroïque ce que pleutre est à lâche.
  • Vif est à coloré ce que morne est à terne.

2. Antonymes

Les analogies d’antonymes fonctionnent comme les analogies de synonymes, à ceci près que chaque paire a une signification contraire. En outre, les mots, les objets ou les idées évoqués dans chaque moitié de l’analogie doivent avoir la même relation opposée pour que le lien soit renforcé par la différence de signification.   

Exemples :

  • Le jour est à la nuit ce que haut est à bas.
  • Humide est à sec ce que repu est à affamé.
  • Le mal est à la bonté ce que l’égoïsme est à la générosité.

3. Cause à effet

Une analogie de causes à effets permet de comparer deux relations causales. Dans chaque paire, le premier mot ou la première phrase est la cause et le second est l’effet. Les relations causales sont elles-mêmes partagées entre les deux paires analogues.

Exemples :

  • Le chant est à la musique ce que la parole est au discours.
  • La graine est à la plante ce que la pensée est à l’idée.
  • Les recettes sont à la cuisine ce que les algorithmes sont à la programmation.

4. Source et cible (complémentarité)

L’analogie entre la source et la cible, également appelée analogie entre le producteur et le produit permet de comparer deux paires dans lesquelles le premier mot ou la première phrase est la chose qui induit complètement ou partiellement la deuxième. Comme pour les analogies de cause à effet, ces deux paires ont une relation causale.

Exemples :

  • Les abeilles sont au miel ce que les vaches sont au lait.
  • Un film est aux images ce qu’une toile est aux peintures.
  • L’électricité est à l’éclairage ce que le gaz est à la cuisson.  

5. Analogie entre objet et fonction

Dans une analogie entre objet et fonction, chaque paire comprend deux mots (ou phrases). Le premier est un élément et le deuxième est la chose que l’élément fait. Là encore, c’est la relation entre les deux éléments dans la paire et celle entre les deux paires proprement dites qui fournit la signification la plus étendue derrière l’analogie.

Exemples :

  • Les ciseaux sont à la découpe ce que les aiguilles sont à la couture.
  • Les livres sont à la lecture ce que les films sont à la visualisation.
  • Les voitures sont à la conduite ce que les bateaux sont à la navigation.  

Analogies dans l’écriture

Vous trouverez de nombreuses analogies dans la littérature et dans d’autres formes d’écriture. Les auteurs utilisent des analogies partout, qu’il s’agisse de descriptions de personnages, de dialogues ou d’intrigues. Elles permettent d’améliorer la compréhension du lecteur. Les analogies permettent de donner une idée plus nette ou d’expliquer quelque chose sans équivoque. Elles permettent également de suggérer un sens plus profond que ce qui figure sur la page (une technique souvent utilisée dans la fiction).

Exemples d’analogies dans la littérature

  • « Peu à peu, l’amertume en mon sein se répandit à la circonférence du cercle dans lequel ma vie suivait son cours mécanique et sans joie » – Edward Bulwer-Lytton, Une étrange histoire
  • « De la même façon que toute l’eau qui coulait dans mon corps la dernière fois que nous nous sommes vus a été remplacée par une eau nouvelle, les choses qui font ce que je suis ont également changé. » – Sayaka Murata, La fille de la supérette

Analogies dans la poésie

Les analogies poétiques ont le même objet que les analogies dans d’autres types d’écritures. Les poètes emploient les analogies pour accentuer l’expression de soi et donner plus de signification à leurs travaux. À bien des égards, la poésie constitue un format parfait pour l’utilisation d’analogies, permettant d’effectuer des comparaisons ciblées qui ne doivent pas nécessairement se conformer aux structures plus rigides de la prose.

Exemples d’analogies poétiques

  • « Le jour n’est plus et l’obscurité / chute des ailes de la Nuit / telle une plume d’aigle portée doucement vers la terre. » – Henry Wadsworth Longfellow, “The Day is Done”
  •  » Les hommes graves, près de mourir, qui voient de vue aveuglante/Que leurs yeux aveugles pourraient briller comme météores et s’égayer, /Ragent, s’enragent contre la mort de la lumière.  » – Dylan Thomas, “ N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit « 

Comment écrire des analogies

L’emploi d’analogies dans vos écrits peut aider vos lecteurs à mieux comprendre ce que vous souhaitez exprimer, mais vous devez les utiliser de manière appropriée pour transmettre vos idées.

Voici quelques conseils pour utiliser des analogies que vous pourrez mettre en pratique la prochaine fois que vous écrirez :

  • Gardez-le au moins assez simple. Une analogie n’est efficace que si le lien est clair. Il n’est pas nécessaire de tout simplifier, mais veillez à ce que la relation soit suffisamment facile à identifier pour que vos lecteurs aient une idée très claire de la comparaison.
  • Ne forcez pas. Une analogie forcée produira l’effet inverse. Cela s’applique à la fois au contexte dans lequel vous utilisez l’analogie et à l’analogie elle-même. Si vous ne parvenez pas à écrire une analogie qui exprime ce que vous ressentez, c’est peut-être parce ce que ce n’est pas le moment d’en faire.
  • Comparez quelque chose de concret avec quelque chose d’abstrait. Si les deux parties de votre analogie sont abstraites, le lecteur devra faire une gymnastique mentale pour comprendre l’objet de l’analogie. Si, inversement, elles sont toutes deux concrètes et évidentes, l’analogie devient inutile. Essayez plutôt de viser juste et comparez quelque chose d’abstrait avec quelque chose de concret pour obtenir l’effet optimal.

Les analogies sont un moyen supplémentaire de faire des déclarations plus fortes et plus audacieuses en écrivant. Il faut un peu de pratique pour les écrire. Prenez donc votre temps pour trouver des analogies percutantes et ne vous en faites pas si vous n’y parvenez pas du premier coup. 

Comment démarrer une histoire

Bases de l’écriture créative : écrire des scènes d’ouverture qui se distinguent